MEDITER … S’AIMER … MEDITER … AIMER  L’HUMAIN-DIVIN … MEDITER …

MEDITATION UNIVERSELLE

 

              

               Méditer, c’est aimer, c’est aimer le souffle vital, c’est aimer s’entendre respirer, c’est s’aimer, c’est prendre soin de soi, c’est se faire ce cadeau de prendre du temps pour soi, c’est s’arrêter un instant, c’est être juste dans la conscience du moment présent, c’est ne rien attendre de spécial, c’est apprécier ce moment de grâce où rien n’est programmé par le mental, où je reçois l’énergie quelle qu’elle soit, où je sens cette même énergie à l’intérieur de mon être. C’est prendre conscience de ce cadeau qui nous est offert par le souffle, par la Vie, par quelque chose de supérieur à nous, qui dépasse notre caractère  humain tout en étant déjà en nous ; c’est réaliser le caractère divin de cet état qui se manifeste en soi et qui nous révèle à la spiritualité, sous quelque forme qu’elle soit. L’ouverture à la spiritualité est l’essentiel à retenir pour qui souhaite pratiquer la méditation. Dans mon quotidien, ou avec des proches, dans des  situations où je manifeste un bon stress positif (comme celui évoqué par mon ancien maitre de Yoga - contrairement à l’autre, le  stress négatif … !), j’entends quelquefois des gens me dire : « respire » car ils me connaissent dans mes enseignements méditatifs   ! ... Ces personnes se trompent sur le sens donné au mot méditer. La méditation n’est pas un état qui requiert un calme quasi permanent. Elle n’est pas une technique de respiration. L’apprentissage de la respiration consciente fait partie de la pratique méditative, mais ce n’est pas un but en soi. La méditation telle que je l’enseigne n’est pas non plus une pratique de relaxation, même si elle apporte un certain bien-être, après …, après un temps certain d’exploration et de travail ! La méditation que je propose est avant tout une voie spirituelle universelle.

                 

               MEDITER, C’EST :

 

-  s’offrir soi-même ce que personne d’autre au monde ne pourra mieux nous offrir au niveau du cœur  avec autant d’amour : de l’attention, du temps, de la tendresse, c’est être un bon compagnon, une bonne compagne pour soi-même. Le Maître Jésus disait : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » : je propose, dans mon manuel Reiki d’initiation au 1degré, ce commentaire : « Cela implique qu’il est juste d’abord d’apprendre ou de réapprendre à s’aimer ».

 

-  ressentir,  permettre à ce corps, que nous occupons et qui ne nous appartient pas, non seulement de laisser venir une forme de bien-être physique, quand c’est le moment, mais aussi de se laisser apprivoiser par une vibration, cette étincelle de vie, plus touchante que d’autres car elle se produit à l’intérieur de l’être. Cela se produit après un certain temps de pratique. Plus ou moins long, plus ou moins court, quand c’est le moment, uniquement  quand l’être est prêt.

 

-  découvrir l’alternance des pensées, et de temps vides de pensée  sans que le mental ne se manifeste tout le temps. C’est accepter le « jeu » de l’esprit(*) = le mental, qui semble ne jamais vouloir nous laisser en paix !  et qui pourtant, l’espace de quelques secondes, quelques minutes, avec l’aide de l’attention à la respiration consciente, laisse s’installer des temps pleins de légèreté, de transparence. Alors merci à l’esprit, merci au mental de se manifester, pour que l’être puisse ensuite constater une différence : vivre un instant ce havre de paix, sans Rien, dans le Tout … (* mot utilisé dans le sens des méditants de l’Inde)

 

-  écouter notre propre  dimension intérieure, sacrée, divine, appelée notre âme ou notre Source. C’est accorder consciemment de l’espace, à cette partie de notre être non-physique, dont la conscience vibre et vibrera toujours, dans un ailleurs  très proche.

 

-  s’ouvrir à l’existence des autres âmes. Par la méditation l’être humain peut être à l’écoute des autres âmes, celles qui sont parties de notre monde terrestre, et qui sont pourtant bien là. Ces quatre dimensions de l’être humain (cœur, corps, esprit et âme), enseignées dans des courants de méditation hindouiste (et en particulier Shivaïte), nous renvoient à une autre « dimension » de la 4ème : la dimension de l’âme  d’un point de vue collectif (toutes civilisations confondues) , transmise aussi par  le courant spirituel occidental christique, tout à  fait complémentaire, voire « la Voie  future», et par d’autres cultures aux traditions d’Amour (Amérindiens, Tibétains, Taoistes, Américains du Sud, pour n’en citer que quelques-unes  …). En effet, tout est relié dans le Un, dans l’unité, dans le Tout sans notion de temps, dans ce qui est appelé  l’Amour Universel.

 

- percevoir la Présence des Anges, des Archanges, ces petites voix et ces forces cosmiques qui nous envoient des messages, des signes, à notre insu, et qui sont à notre disposition quand nous invoquons leur aide

 

- entretenir cette aptitude, en méditation, à savoir remercier, dire merci à la Vie, au souffle vital, au bienfait des émotions (à toute la palette ! …) et des pensées, à l’Autre, au Divin qui est en soi, en l’autre, ici ou Ailleurs.

 

 

                La méditation, selon ma propre expérience, repose essentiellement sur la pratique de la méditation shivaïte tantrique du cachemire depuis douze ans (grâce aux enseignements sacrés rapportés de Daniel Odier). Cette pratique avait été précédée, par  la découverte de la méditation dans le cadre de séances de Yoga, (la 8ème étape de l’enseignement en Hatha-Yoga, après, entre autres étapes, les asanas et le pranayama) – belle pratique sévère( !)  dans le cas d’un enseignement fait par un réel maitre de Yoga indien, et que la Vie m’a fait la grâce de rencontrer et de suivre à Lille pendant 5 ans. La méditation se pratique aussi sous une autre forme, issue des enseignements occidentaux, plus raisonnée et faisant appel davantage au mental. C’est un apport fort intéressant et complémentaire.

 

 

                La méditation repose essentiellement  sur l’exploration  des centres énergétiques (= chakras en sanskrit), sept principaux traditionnellement. Cinq suffisent dans un courant particulier de l’Inde, huit apportent une dimension supplémentaire, dix ou douze permettent d’affiner cette pratique énergétique spirituelle.  Le nombre des chakras importe peu dans la mesure où le corps humain en est rempli de dizaines, de centaines, d’après la science de l’Inde, et  par le fait que les chakras supérieurs se prolongent dans l’espace, dans Akasha (= l’Ether), dans l’univers dont la Terre n’est qu’une planète parmi d’autres, et  dont le monde de nos aimés qui nous ont quittés,  fait partie.

 

              

                Il existe depuis bien longtemps  dans diverses parties de ce monde de nombreux courants de méditation codés, avec des règles : – méditation boudhiste, bien codifiée – méditation taoiste - méditation Zazen où les règles non suivies étaient quelquefois corrigées physiquement par un coup sur l’épaule avec un bâton léger en cas de somnolence ( !) – méditation Tchan que j’ai explorée un temps assez court, douce et très bénéfique – méditation transcendentale et autres méditations mentales (pouvant pour certaines entrainer le pratiquant dans des sphères risquées, voire dangereuses, sans un maitre compétent qui les guide). Il suffit pour éviter ce type de désagrément, d’être initié aux 7 chakras principaux, d’apprendre à les parcourir dans le sens ascendant, dans une conscience particulière dans le chakra du cœur et puis, surtout, de les retraverser dans le sens descendant, en repassant en toute conscience dans le chakra du cœur, jusqu’à l’obtention, un jour, de cet état où les sept (nous offrant leurs magnifiques vibrations de couleurs au niveau du 6ème chakra) se fondent dans un espace uni (tunnel blanc, Lumière). Pour arriver à cet état, il aura fallu pratiquer régulièrement la respiration consciente, qui occupe le mental et empêche la manifestation d’envolées anarchiques dans des sphères inconnues. J’ai eu la grâce de recevoir deux enseignements sacrés de l’Inde, un autre sacré du Japon et un autre de l’occident. La méditation dont je vous parle, synthèse de toutes, suggérée par mes guides, est  « universelle » par la richesse et la diversité de ses apports. Elle permet une pratique de tous les instants, dans le quotidien comme dans des moments énergétiques choisis et privilégiés. Cette méditation que

j’appelle evaeeliene*  est une pratique très douce.

 

Concrètement, à l’e.v.a.e.e.l.e., elle prend différentes formes :

 

                             

 

 

 

 

                

             

 

 

Toutes ces formes de méditation se pratiquent, à un moment ou à un autre, un temps très court, ou l’espace d’une séance plus longue ; toutes ces pratiques constituent la méditation e.v.a.e.e.l.i.e.n.e.* : méditation de l’Espace du Voyage d’Amour Elevant l’Etre vers la Lumière Intérieure et Extérieure dans la Nudité de l’Energie………., la  nudité signifiant la transparence, la légèreté, l’abandon des repères  et ne signifiant pas forcément  le dénuement.

 

C’est de Lumière qu’il s’agit …

 

 

               Le Divin m’a fait la grâce plusieurs fois de me permettre d’approcher la Lumière ; c’est cette expérience que j’ai à cœur et dans l’âme de vous partager ici, ou en séances ou par la lecture de quelques extraits de l’introduction du second recueil de poème :

               « La poésie au cœur de la méditation – Dame Nature, ange gardienne de notre nature spirituelle » :

 

« Cette Lumière, autre Muse, a toujours existé, soit à l’intérieur de l’être, soit le long de ses auras (sept enveloppes corporelles d’ondes blanches ou colorées, soit à l’extérieur de lui, dans la nature, et dans l’au-delà, dans d’autres mondes). Les pratiques evaeeliene (s) sont là pour favoriser cette révélation, et  laisser faire l’Energie-Amour, qui se manifestera en lui et émanera de lui quand le temps sera venu, uniquement au moment le mieux adapté, quand l’être sera prêt et quand il pourra alors être créateur.       

                  …........

Je vous fais part de l’existence de la Lumière, car c’est mon expérience. Je ne transmets que ce qui a été mon vécu, ce que je connais et que j’ai à cœur de vous partager. La Lumière divine m’est apparue   un certain nombre de fois, sous des formes différentes.

 

- lors de la rencontre merveilleuse en 1995 avec l’Archange Mickaël à l’île de Lesbos, évoquée  dans l’un des poèmes du 1er recueil poétique  « L’espace poétique evaeelieneu » : «Lesbos », lors d’un voyage particulièrement initiatique un jour où j’étais partie volontairement seule, dans la nature grecque aride et sèche, mais ô combien remplie de la beauté et de la plénitude christique, par l’Archange situé dans de nombreuses petites chapelles blanches, pénétrant le chakra du cœur.    ….......

 

- lors de la contemplation en 1996 d’un triple arc-en-ciel,  jour béni où les Cieux nous firent la grâce de nous envoyer un message hautement spirituel, pour nous donner une direction à suivre. Au-delà des explications scientifiques et logiques certainement justifiées, il m’a été donné, ainsi qu’aux personnes présentes ce jour-là, de sentir intuitivement que ces trois arcs lumineux étaient aussi  porteurs chacun d’une révélation symbolique grandiose, étincelante de beauté, angélique, archangélique, divine, à accueillir puis à comprendre dans notre culture d’origine          ….......

 

- lors du darshan* qui a complètement métamorphosé et éclairé ma vie spirituellement, reçu de l’avatar Sri Sathya Sai Baba en Inde en 1998, lors de mon séjour de 15 jours dans son ashram, lors de son regard d’Amour intense illuminant mon être d’une émotion lumineusement profonde, tout à l’intérieur, me transmettant ce message que nous sommes tous des incarnations divines, et présageant  la suite d’un travail spirituel intense  à entreprendre  ….......

 

- lors des deux 1ères initiations au Reiki en 2001 dans les Ardennes Belges, me transmettant tout l’amour du monde, issu de Mikao  Usui, le fondateur japonais du Reiki, et me chargeant implicitement de transmettre cette Lumière énergétique reçue

 

- lors de formations massages, en 2001 aussi, puis en 2002 et 2003, ancrant dans les cellules de ce corps et dans ses chakras*, des énergies de lumière à transmettre par le canal des mains

 

- lors de la magnifique pratique de la méditation, découverte d’abord à partir de 1999 pendant cinq ans en fin de cours de Hatha-Yoga, faits par un maitre de Yoga, de New-Dehli, et continuée ensuite en 2002 et 2003 grâce aux enseignements sacrés et lumineusement naturels de la méditation du Shivaïsme Tantrique Cachemirien

 

- lors d’un appel envoyé par l’Archange Mickaël,  pour la 3ème fois, l’été 2011. Cette fois c’est en explorant le Tattva* de la Terre que j’ai admiré Sa Lumière resplendissante dans Akasha*, d’en bas, en marchant dans la baie, sur le sable, bien ancrée sur ce sol aux énergies telluriques impressionnantes.

 

          Pour chacune de ces expériences, c’est de La Lumière qu’il s’agit, de La Lumière Divine, aussi bien visible dans certains chakras, quand le chakra du 3ème œil nous fait la grâce de s’ouvrir, que perceptible vibratoirement  et globalement dans tout le corps.

 

La voie orientale de l’Inde, qui m’avait  été suggérée depuis la pratique du Hatha-Yoga, jusqu’au Yoga non-postural qu’est la méditation cachemirienne, est une base solide, un ancrage, par la voie des deux divinités  qui reviennent souvent dans la poésie e.v.a.e.e.l.i.e.n.e : Shiva et Shakti.

 

Parallèlement à cela, des hypothèses  contant l’exploration du Fils Divin lors de son voyage en Inde  apportent un éclairage  dans le cadre de son incarnation fabuleuse à connaitre …

 

Je vous sensibilise à l’existence et à l’importance de la Lumière, qui est Energie, qui est Amour, car notre chemin de vie, humains, nous y mène, à petits pas, à tous petits pas, dans le futur, dans les siècles à venir, sur cette Terre (*) ».

 

 

          Ce futur est également notre présent, et cet espace est le même que celui de l'au-delà … Cette Lumière nous est suggérée, contée, par les témoignages des personnes communiquant dans l’autre Vie et captant les messages de nos aimés partis ; cette Lumière nous la pressentons ou la palpons quand nous découvrons une manière vibratoire de les contacter, spontanément, naturellement, en toute confiance et dans le respect  total de les laisser en paix.

 

          Alors … il y a émotion constructive, vibration du cœur, présence chaleureuse de l’Ame. Alors … il y a Amour, avec tous ses possibles … méditer c’est tout Cela …. « Ham Sa » en sanskrit ; Je suis « Cela » … cet instant, cette minute, cette seconde de Présence à soi, à l’Autre, au Divin présent en Tout et en tous, dans ce monde-ci, dans l’autre monde, de l’autre côté de ce chemin lumineux, voie royale vers Dieu, vers l’Energie Christique* déjà présente et à venir, vers la Lumière qui vient vers nous.

 

           Alors il y a  acceptation d’une remise en question personnelle et collective essentielle, dans ce nouveau monde qui est en train de se construire ; alors il y a  sérénité, compassion, partage : les nouvelles missions d’Amour de l’Etre humain.

 

 

Méditer c’est Tout Cela : c’est Aimer …

 

 

Dans l’Amour Universel, dans le Toucher  de l’Esprit

dans le Toucher des trois autres dimensions humaines présentées sur mes sites depuis les années 2002 : COEUR - CORPS - Âme
Dans le Toucher des Dimensions Cosmiques Vibratoires (4ème, 5ème, ... suivantes)* propre à sa nature divine : l’accès à l’Au-delà et à d'autres Mondes.

(*qu'il traverse à son propre rythme, parallèment ou en phase avec Celles de la Terre qui vibre plus vite - aligné ou pas aux Vibrations de Lumière naissantes, peu importe quand, ... protéger l'Avancée de son propre Eveil, quand c'est le moment ...)

 

 

.

 

Michka de LATTRE

Formée aux enseignements de la Méditation Shivaïte Tantrique* Cachemirienne

(*voir le sens de ce terme sanskrit dans  "EN PLUS" - "INDEX")

Transmettant la Méditation evaeeliene universelle depuis 15 ans - renommée Méditation de l'E.E.V.

 

 

(*) extraits du 2nd recueil poétique : « La poésie au cœur de la méditation – Dame Nature, ange gardienne de notre nature spirituelle « 

 

ARTICLE PARU DANS « ENQUETES SPIRITUELLES » n° 6 sept-oct 2012

 la méditation proprement dite, en assise sur un coussin – la méditation du Reiki - la poésie (écoute méditative, inspirée par des muses, par des vibrations, par la Lumière) - le massage méditatif - la marche méditative - la méditation dansée - la méditation chantée - la méditation par les asanas en Hatha-Yoga (entre autres la salutation au soleil) - la méditation offerte par Dame Nature (contemplation des cinq éléments dans la nature et dans notre propre Nature)  - la méditation-vibration émanant des  âmes de nos aimés partis dans l’Autre-Vie. Ces formes multiples de méditation émanent des nombreux Tattvas* (= différentes catégories de l’univers) travaillés en méditation shivaïte du cachemire et évoqués dans la poésie evaeeliene.

Certaines pages de ce site, dont celle-ci, sont en cours de modification.

Merci de votre compréhension.